« Et mon Dieu que ce manège tourne bien » nous chantait Nicoletta. Cette introduction m’offre le moment idéal pour répondre à ce questionnaire qui m’a été transmis par Ze F.. J’ai mis le temps pour m’y mettre, parce que je n’avais pas une minute à moi, aujourd’hui, je peux, alors, j’en profite (oui, je suis un peu foufou). Euh, je préfère être clair que ces choix proposés sont hautement subjectifs et qu’ils sont très très variables selon le moment, l’humeur, et tout le reste. J’ai laissé les mêmes catégories et pour certaines, j’en ai chié.

  • Pour la route: « Viens » de Marie Laforêt,
  • Pour chialer dans sa bière: « The Boy with the Bublegum » de Tom McRae,
  • Pour un défunt : « Avalanche » de Leonard Cohen,
  • Berceuse: « Good Night » des Beatles,
  • Décrivant un lieu: « The Fox in the Snow » de Belle & Sebastian (je sais, ça décrit pas vraiment un lieu, mais j’aime beaucoup cette chanson et je n’ai aucune idée!),
  • Qui vous rappelle votre enfance: le « Lacrymosa » du Requiem de Verdi,
  • Vous admettez aimer honteusement: « Baby One more Time » de Britney Spears,
  • Que vous aimeriez avoir écrite: « Hallelujah » de Leonard Cohen mais chantée par Jeff Buckley ou John Cale,
  • Politique: « What’s Going On » de Marvin Gaye,
  • De rage adolescente: j’ai jamais été dans la rage adolescente, en fait,
  • Pour faire danser : « Parklife » ou « Girls & Boys » de Blur (ok, c’est pas super pour danser, mais y’a que sur ces deux-là que je danse),
  • Pour quand on tombe amoureux: « You Are So Beautiful » de Joe Cocker,
  • Pour chanter sous la douche: « The Point of No Return » du Phantom of the Opera,
  • Pour faire l’amour dessus: « Kashmir » de Led Zeppelin,
  • Pour faire le ménage: « Soul Bossa Nova » de Quincy Jones,
  • Que ça fait mal parce qu’il/elle est parti(e): « The Thrill is Gone » de B.B. King,
  • Pour les dimanche matin: « Alright » de Supergrass,
  • Pour séduire: Tout Damien Rice, Antony And the Johnsons ou l’inévitable Rufus Wainwright,
  • Que vous détestez par dessus tout: y’en a tant, l’incontournable Vincent Delerm, cependant remporterait probablement la palme,
  • De merde que vous avez dans la tête en ce moment: là, je n’en ai pas, mais la plus fréquente, c’est « Le Petit bonhomme en mousse » de Patrick Sébastien.

Bon, bin, on pourra dire que j’en ai chier, je suis pas satisfait de tout, mais bon. Je repasse la patate à Gre qui a décidé d’arrêter de blogguer, donc, y’aura un petit moment avant qu’il ne réponde.