Skip to content

Les Chansons (chiantes) d’amour

Le film de Christophe Honoré, Les Chansons d’amour, est encensé sur la majorité des sites que je lis, mis à part celui de Variety. Ce dernier conclut son article avec une phrase tout à fait juste : “Le film fera un beau succès local”. La presse française ne donne pas tort au journal américain. Les Inrocks n’en peut plus (“Beau à pleurer”), Télérama admire, Libération se pavane, même Le Canard enchaîné apprécie. Et pourtant, à bien des égards, Les Chansons d’amour est un film d’une tradition française qui mériterait plus que jamais de se tarir. Oui, je l’écris haut et fort : qu’on en finisse avec cet héritage mal digéré de lanouvellevague (en un mot). Rien n’est plus agaçant de voir que les journaux ne cessent de ressasser cette vieille notion pour encenser ce film parfaitement anecdotique et qui ne dépassera pas les frontières du périph, ou à peu près.

Commençons par le générique. Des lettres massives du nom de famille de chaque participant qui s’enchaînent les unes après les autres, des acteurs aux décorateurs, en passant par les producteurs sans que soit précisée la fonction de chacun. Le cinéma est une œuvre collective nous dit Honoré. En grosses lettres encore, on lit “PREMIÈRE PARTIE”, on en conclut donc qu’il y en aura d’autres. Finalement, il y en a trois (judicieusement titrées “DEUXIÈME PARTIE” et “TROISIÈME PARTIE”).

Les Chansons chiantes

Commence alors l’histoire de ce triolet sexuel entre Ismaël, Julie et Alice. J’adore déjà que le mec s’appelle Ismaël. Non, sérieusement, je ne connais pas une personne qui s’appelle comme ça “dans la vraie vie”, pour reprendre la saillie sur les endives braisées, mis à part dans les films de Desplechin. On peut y voir une connotation biblique ou bien le début de Moby Dick. De toute façon, on s’en fout, l’intérêt d’appeler son personnage principal comme ça, c’est qu’on sache bien qu’on est dans un film intelligent où les références littéraires et cinématographiques vont bon train.

Alors, ce trio, c’est pas la joie, mais ça baisouille, ça lit des livres (Éditions de l’Olivier s’il vous plaît), et puis on fait de longs plans sur les couvertures pour qu’on comprenne bien que c’est pas des bouquins avec des images (oui, j’ai lu que c’était un hommage à Baisers volés, franchement qu’est-ce que ça peut nous foutre ?). Et évidemment, ça fume des clopes et ça boit du café (je vous mets au défi de trouver un film français où personne ne fume ou ne boit du café).

Un peu plus tard, Julie et Ismaël vont voir la famille de Julie. Tiens donc, chez eux, ça lit Phèdre, ça traduit des pages de grec et de latin, ça boit des cafés et ça fume dans la cuisine. Moment idéal pour la mère de Julie de lui demander comment va sa relation avec Ismaël. Julie, très décomplexée, raconte sa vie à trois. Sa mère semble être intriguée et horrifiée. Ils partent et le soir même, Julie, Alice et Ismaël vont dans une boîte de nuit, et la Julie s’effondre en sortant. Les policiers arrivent, jouent les superhéros. Ça foire. Elle meurt.

Alors Ismaël va trouver le réconfort dans les bras d’un petit mignon, Erwan. Oui parce qu’il semblerait qu’il faut aimer, mais pas trop et qu’il faut savoir aimer le fruit sans la chair ou le noyau sans le fruit, y a une chanson qui explique tout ça, mais j’ai pas tout suivi.

Moment génial, typique du film français qui a besoin de justifier une grande filiation dans la tradition de l’intellectualisme, Erwan sort de chez lui et fait la bise à un copain du lycée. Les deux sont en Terminale. Le copain: “T’as passé une bonne soirée ?”. Erwan s’étant branlé devant Ismaël répond, un sourire jusque là, “Oui, et toi?”. Et l’autre répond avec un naturel bien évident : “Moi, j’ai fini de lire Aragon” et paf, deux minutes de citation de l’auteur des Yeux d’Elsa. Rhalala, mais ouais Nono, on sait que t’en as lu des bouquins et des difficiles où qu’il faut pas s’endormir toutes les trois lignes.

Belle incrustation

Ah oui, et il y a ce plan, magnifique, avec la tête de Julie qui s’incruste tandis qu’Ismaël est devant sa tombe. Oui, je sais, c’est très certainement un vague hommage à Jacques Demy (je n’ai jamais vu le moindre film de Jacques Demy, je ne supporte pas la musique de Michel Legrand) ou je ne sais qui de lanouvellevague, mais franchement, on pouvait trouver mieux comme hommage, hein. Parce que là, on est plutôt dans le roman-photo italien que dans la grande tradition du cinémâââââ françâââââis. En gros, le problème des Chansons d’amour, c’est qu’il nous fait un film qui aurait été impeccable en 1970. Lanouvellevague, c’est fini, faut la digérer et faut passer à autre chose. J’ai de la citrate de bétaïne dans mon placard à pharmacie.

Et il faudrait revenir sur ce plan final avec son arrière-goût d’Un Monde sans pitié, surtout que le film d’Honoré risque de devenir aussi vite daté que ce dernier. Enfin, bref, vous l’aurez compris, j’ai à peu près détesté ce film pédant, aux discours interminables, aux discussions ennuyeuses à mourir. D’ailleurs, je pense que tous les auteurs qui se revendiquent de lanouvellevague (j’ai même lu que Les Chansons d’amour était dans la continuité de la post-nouvelle vague… qu’est-ce qu’il ne faut pas lire…), faudrait les enfermer dans des scaphandres et les laisser s’étouffer dans le vomi de leur diarrhée verbale.

Un point quand même à sauver du film : les acteurs chantent eux-mêmes et je pensais vraiment que ce serait une catastrophe, et pas du tout, la bonne surprise du film (surtout que j’avais lu que Christophe Honoré voulait demander à Vincent Delerm de jouer dans son film, nous l’avons échappé belle).

Un truc qui m’a fait mourir de rire dans la salle où j’étais : trois gamines de quatorze ans genre versaillaises en goguette étaient là pour voir le “beau Louis Garrel” (je cite), et l’une a hurlée à la mort se cachant les yeux dès que les garçons s’embrassaient. Si ça a choqué cette petite conne, voilà au moins quelque chose de bénéfique.

Published inRegarder des images

6 Comments

  1. Dwigt Dwigt

    Si les acteurs chantent juste, c’est peut-être en partie grâce à la technologie. L’auto-tune (qui n’a rien à voir avec le tuning auto) permet de corriger automatiquement le pitch de la voix et de supprimer les écarts par rapport à la ligne “juste”.

    Ça ne permet pas de rattraper des gens à la voix de casserole mais c’est très utilisé en concert ou sur disque même par des chanteurs pas forcément très commerciaux. C’est en grande partie grâce à ça que “Moulin Rouge” et “Chicago” ont été tournés sans doublure chant pour les acteurs, contrairement à la tradition de la comédie musicale américaine, qui est rappelée par l’intrigue de “Chantons sous la pluie” (où, ironiquement, c’est Jean Hagen, qui incarne l’actrice à la voix de crécelle, qu’on entend chanter dans un titre, et non Debbie Reynolds, qui joue sa doublure chant).

    Evidemment, je n’ai pas vu “Les Chansons d’amour” et je n’ai pas entendu la B.O. donc je ne saurais dire si ce film y a recours. C’est en tout cas un procédé relativement facile à détecter quand on y tend l’oreille, car la voix est trop parfaite, façon synthétiseur.

  2. J’ai pas vu le film (et je ne le verrai certainement jamais), mais je connais un Ismaël, et je bois du café et fume des clopes. Si on ajoute à ça ce que j’ai bouffé à midi, je te fais le scénar du prochain film françaispostnouvellevague.

  3. artypop artypop

    Dwigt > Bah, honnêtement, je pense que les “jeunes” chantent eux-mêmes. La mère peut être pas. Difficile de savoir, mais l’instrumentation est assez simple, je pense que ça s’entenderait vite si la voix paraissait trop parfaite.

    Peewee > Magnifique, je produis tout de suite…

  4. Hum, ca donne envie. Mais ca manque (du moins, ce que laisse entendre ta description), d’hystéries collectives, de cris, d’hurements, et de moreceux de peaux sous les ongles.

    Je vais me faire un bon Jean Becker, ca c’est pas post nouvelle vage
    (je plaisante hin)

  5. artypop artypop

    Gre > Tu marques effectivement un point, juste une porte qui claque dans tout le film, aucune crise d’hystérie. Bon Jean Becker. Ça a l’air redoutable.

  6. […] années. Mais quand même. Je ne peux m’empêcher de déceler dans ce texte, une allusion à ma prose sur Les Chansons d’Amour – à tort, peut-être bien, mais j’ai des […]

Dites-moi tout...