Skip to content

Les petits arrangements tarifaires du RER

Non, ce n’est pas pour parler des intempéries que je rédige ce billet ni pour hurler après le conseil merveilleux de la SNCF pendant l’épisode neigeux (« Ne vous rendez pas à Paris »). En fait, j’écris ce post car depuis que je suis à Paris, je suis en colère après les tarifs de la STIF (ceux qui gèrent les métros et les RER)

L’injustice ne m’a finalement frappé qu’après mon départ de Paris, pour habiter de l’autre côté du périphérique, à proximité d’une ligne de RER plutôt que d’une ligne de métro. Oui, il faut savoir qu’un appartement à côté d’une ligne de RER coûte 20 à 30% de moins que le même, dans une zone parfois plus sinistre encore, MAIS à côté d’un métro.

La distinction entre RER et métro n’étant pas évidente pour tout le monde, voici en gros ce qu’on peut en dire :

– le RER (réseau express régional) s’aventure plus loin de Paris que le métro
– le RER est tarifé par zone (1 : Paris, 2 : petite couronne, 3 : grande couronne, 4 : Amazonie, etc.)
– le RER est moins fréquent que le métro
– le RER ne s’arrête pas à toutes les gares
– le RER est moins fiable que le métro
– le RER s’arrête au plus tard à 1 heure du matin quand le métro fonctionne jusqu’à 2 heures les vendredis et samedis soir

En gros, le RER, c’est moins bien, c’est plus cher, mais ça va plus loin que le métro. Mais, chose amusante (enfin, c’est à voir), le métro ne s’arrête pas aux portes de Paris et dessert des gares au-delà du périph. Et dans cette zone opaque, on peut considérer que le RER est plus coûteux que le métro, pour un service moindre.

Ainsi, amusons-nous à regarder cette magnifique carte (et en cliquant dessus, elle s’agrandira comme par magie) :

Rat rer 830

Voyez la drôlerie. Pour aller de Cité Universitaire à Gentilly (1,4 km), il vous en coûte 2,60 euros (c’est le RER B). Ah oui, mais mon bon ami, vous traversez le périphérique, c’est QUAND MÊME un truc de dément. En plus, bon, parce que c’est plus rigolo, seuls 2 RER sur 3 s’y arrêtent (alors que sur la ligne A du RER, tous les trains s’arrêtent dans les stations justes après Paris comme La Défense, Nanterre ou Vincennes). Le soir, on peut l’attendre jusqu’à 15 minutes quand tout va bien.

En revanche, pour aller de la porte de Vincennes à Créteil Pointe du Lac (11,1 km), comptez 1,70 euros et à ce prix là, tous les métros s’arrêtent à toutes les stations, et en plus vous avez du rab jusqu’à deux heures du matin les vendredis et samedis soirs.

Marrant, non ?

Il vous en coûte pareil de la porte de Vanves à Chatillon Montrouge (3 km) ou de porte Maillot à La Défense (4 km).

Cette dernière destination a une autre petite particularité, elle peut vous coûter 2,60 euros ou 1,70 euros. C’est selon. Si vous prenez le métro, c’est 1,70 euros, si vous prenez le RER, c’est 2,60 euros. Pourquoi ? Parce que c’est comme ça. Je m’étais fait avoir au début de mon arrivée à Paris (et je ne suis pas le seul, je pense) et j’avais envoyé un courrier (ou un mail) à l’époque à la STIF sur ce sujet. La réponse m’expliquait qu’il ne fallait pas voir ça comme une «injustice du RER», mais comme un «avantage du métro». Le ton de cette réponse, d’ailleurs, m’avait laissé pantois, à la limite de la bordée d’injures…

Car, outre une tarification aberrante, l’autre talent de la STIF, c’est de vous prendre pour de la merde. Là où toutes sociétés privées vous brossent dans le sens du poil, la STIF n’en a rien à foutre. Si elle vous répond, c’est pour vous engueuler.

La seule autre fois où j’ai envoyé un mail à la STIF, c’était pendant un été où les travaux du RER C bloquaient la ligne pour deux mois dans Paris. J’avais demandé puisque ça rallongeait mon trajet s’il y avait une ristourne sur l’abonnement mensuel du coup. Que n’avais-je OSÉ réclamer ! La réponse a été directe et cinglante : « Monsieur, ces travaux, on les fait POUR VOUS, alors nous n’avons certainement pas à vous déduire QUOI QUE CE SOIT, petit enfoiré de merde. C’est tout de même incroyable que les usagers n’arrêtent pas de RÉCLAMER tout le temps, nous sommes les Dieux du transport en commun, vous nous devez offrandes et prières ». Je paraphrase, mais c’était dans l’esprit.

Du coup, je n’ose plus rien dire. Quand on vient me voir et qu’on n’a pas de passe Navigo, il faut débourser 0,90 euros de plus pour faire un kilomètre au-delà du périph. Et c’est comme ça et tu fermes ta gueule gros connard.

Published in#oldHa ha

4 Comments

  1. Monsieur Prudhomme Monsieur Prudhomme

    Euh, oui mais le RER va plus vite quand même non ? Si tu fais La Défense – Vincennes en métro tu as le temps de mourir 10 fois d’ennui (ou de relire une intégrale de Proust selon ton humeur). Je ne dis pas que ça justifie la différence de tarification, mais c’est un élément à prendre en compte.
    Le cas de La Défense est particulièrement absurde cependant. SI la tarification est basée sur le concept des zones, comment justifier que métro et RER qui se trouvent à quelques mètres, soient dans des zones différentes ?
    Sur ce je vais faire une prière aux Dieux de l’interconnexion…

  2. Fanckr Fanckr

    Je jurerais que ça se passe à Paris

  3. balmeyer balmeyer

    Je pense être la seule personne au monde à être concerné par ce problème. J’espère donc être accueilli sur ce blog avec chaleur. Je me souviens de ma douleur lorsque j’ai voulu prendre le RER B à Laplace. Depuis j’ai certes pris une carte orange (enfin un pass comme disent les jeunes), et je tente de me reconstruire.

Dites-moi tout...