Skip to content

Journaliste est-il un métier ?


Pentagon Papers

Avec Les Hommes du Président,Alan J. Pakula a plus ou moins défini les codes d’un film sur le journalisme (ou journalimse, j’ai un doute) : des grands open spaces, des gens au téléphone, des discussions interminables dans le bureau d’un rédacteur en chef acariâtre, des grosses machines qui impriment des journaux et un directeur qui s’écrie à un moment donné : “Lancez les rotatives” (je vous encourage à voir sur ce sujet le très bon sketch de Seth Meyers sur le sujet).

Sans surprise, Spielberg reprend exactement la même sauce dans Pentagon Papers (je me permets un aparté : le titre original du film est The Post et fait référence au journal qui a publié ces articles, le Washington Post. Alors, quitte à changer le titre pour le public francophone, on peut se demander avec une certaine légitimité pourquoi en faire une alternative en anglais. Est-ce que “Les dossiers du Pentagone” n’aurait pas convaincu le public ? Je vous laisse seuls juges).

Mais il ajoute à cela une passion incompréhensible pour l’entrejambe de Tom Hanks qu’on voit plus que de raison. Dès que Tom doit montrer qu’il est en colère ou qu’il a une décision importante à prendre, il pose sa jambe droite sur une table devant lui et Spielberg le filme en contre-plongée pour qu’on admire au premier plan, le pli de son pantalon au niveau de son scrotum.

Papers hanks

Hanks joue de toute façon comme une savate, mimant l’idée qu’il se fait d’un patron de presse dans les années 60 : il fume des cigarettes, parle avec une grosse voix, gueule sur la première personne qui passe devant ses yeux et surtout, dès qu’il est debout, conserve ses mains dans les poches arrière de son pantalon pour bomber le torse et affirmer silencieusement qu’on ne la lui fait pas.

Hanks1

Hanks2

Hanks3

Hanks5

On peut tout de même sauver la performance de Meryl Streep, une bonne chose puisqu’elle est finalement la figure centrale du film. En effet, tout le film consiste à savoir si elle acceptera de publier les Pintaguaune Payepeursse dans son journal, le Washington Post, journal qu’elle a hérité de son père et que son époux (de Meryl Streep) dirigeait jusqu’à sa mort (de son époux, pas de Meryl Streep) et dont elle a hérité (du journal) (de son époux) (mais du père) (au départ). Suivez, merde !

Streep2
J’ai absolument rien compris à la phrase au-dessus.

C’est donc le chemin initiatique d’un personnage face à une décision impossible, et qui, en la prenant (la décision), passera de femme au foyer à femme de pouvoir dans un monde férocement patriarcal (cette phrase est inutilement compliquée grammaticalement). Mais Spielberg devait tellement craindre qu’on ne comprenne pas son propos, malgré la performance de Streep, qu’il a ajouté des poncifs d’une lourdeur à faire passer un kouglof pour une mousse légère à la framboise. Ainsi, on retiendra ce plan ridicule après le procès, où Meryl Streep descend les marches du palais de justice entourée uniquement de femmes la regardant comme si elle était le Messie ou la vierge Marie. Mais c’est un peu pareil.

Streep

Bref, comme je m’ennuyais à cent sous de l’heure pendant le film, j’en ai profité pour affiner une théorie remarquable qu’on enseignera bientôt dans les grandes écoles de journalisme (hélas, je n’ai pas le temps d’en écrire la synthèse : avec mon divorce, les enfants et le petit dernier qui fait ses dents, j’ai des nuits épuisantes) : ce qu’on retient des films sur le journalisme, c’est que ce métier consiste principalement à attendre qu’une personne légèrement inconsciente décide de prendre tous les risques pour vous fournir des dossiers ultras confidentiels. Et que le niveau d’effort à fournir pour un journaliste afin d’obtenir un scoop est nul.

Telephone
Allo oui ? Vous avez un scoop pour moi ?

Regardez Les Hommes du président : Dustin Hoffman et Robert Redford brassent du vent pendant une heure (ils courent dans la rédaction, mangent des ouiches lorraines et discutent de se taper des gonzesses (je confonds peut-être avec Le Grand détournement)) jusqu’à ce qu’un indic, “Gorge profonde”, les contacte et leur livre, clé en main, les documents impliquant Nixon. Sans cet indic, ils n’ont aucune preuve. Une fois les dossiers obtenus, les deux larrons en écrivent un digest et gagnent un prix Pulitzer. Un Pulitzer pour quoi ? Pour avoir bu des cafés et répondu au téléphone…

C’est à peu près pareil dans Pentagon Papers, où un antimilitariste convaincu décide de photocopier des dossiers ultra-confidentiels avant de les filer au New York Times, d’abord, puis au Washington Post, ensuite.

Et l’autre jour, je regardais la saison 5 de Homeland et c’était exactement pareil : la journaliste y révèle des dossiers de la CIA hackés par un informaticien de génie. Et qu’a-t-elle fait pour les avoir ? Absolument rien. Le mec les lui a filés “parce que j’aime bien votre travail”. N’importe quoi.

Cette thèse s’étend d’ailleurs semble-t-il dans la réalité. Par exemple avec les journalistes d’investigation de Médiapart qui ont sorti l’affaire Bettencourt. Si on analyse objectivement leur travail, ils n’ont fait que sélectionner des morceaux choisis d’enregistrements illégaux réalisés par le majordome de Liliane. Le scoop leur est arrivé tout cuit dans le bec. Même si j’imagine bien que Plenel leur met une pression de dingue et que ça les oblige à se créer un réseau d’informateurs pour espérer de temps à autre obtenir un truc juteux qui calmera la bête à moustache.

Finalement, la seule question de ces journalistes, c’est un choix éthique : doivent-ils publier des documents obtenus sans bouger le petit doigt ? Je ne dis pas que ce n’est pas passionnant comme interrogation, mais franchement : être célébré pour avoir patienté des heures devant son téléphone, n’est-ce pas récompenser la fainéantise ?

Published inRegarder des images

2 Comments

  1. Haaaaan mais c’était pas un remake de Potiche ??? Haaaaaan.

  2. Monsieur Prudhomme Monsieur Prudhomme

    J’avais envie d’aller voir le film mais finalement j’ai regardé le sketch de Seth Meyers à la place.
    Sinonpour répondre à la question “journaliste est-il un métier ?” : aujourd’hui moins que jamais vu que les téléphones sont devenus mobiles et que le fax a été supplanté par le compte de messagerie.

Dites-moi tout...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.