Skip to content

Mois : mai 2018

Un film qui retourne le couteau


Jusqu’à la garde

J’ai vu un paquet de films depuis Pentagon Papers. Mais je n’ai pas trouvé le temps (en raison de ma crasse fainéantise) d’en parler ici. Et puis, ça vous laisse le temps d’en voir. Ainsi j’évite de vous spoiler la moindre surprise. Mais Cannes m’a donné envie un peu de revenir sur le sujet. Parce que quand je lis ce que je lis, je me dis que je peux faire mille fois mieux sans même me forcer.

Commençons donc par un film particulièrement joyeux et guilleret qui est sorti le sept février dernier : Jusqu’à la garde.

Garde
Avouons-le : l’effet de flou autour du premier plan est dégueulasse

Cette œuvre narre les facéties hilarantes d’un père de famille qui, après avoir perdu la garde de ses deux enfants à la suite d’un divorce difficile, décide d’opérer une reconversion professionnelle comme clown d’anniversaire. La première partie du film raconte sa formation, la seconde la mise en pratique de son nouveau talent. À la fin du film, les deux enfants sont dégoûtés, car le père est devenu une célébrité dans le quartier grâce à ses animaux en ballons. Ça se termine avec le père déguisé en lapin de Pâques, ses enfants sur les genoux et tous rigolent de bon cœur tandis que la maman, finalement réconcilée avec le papa prépare un… gâteau d’anniversaire pour les dix ans du petit !

TUIIIIIIIIIIIIINNNNNNTTTTT

Vous y avez cru ? Ahahahaha ! Je me suis joué de vous comme un ventriloque de sa marionnette.

La seule chose vraie, c’est que le film débute par un homme et une femme, Antoine (Denis Ménochet) et Miriam (Léa Drucker) chez un juge en train de plaider chacun pour obtenir la garde des enfants (Julien et Joséphine) après leur divorce. Miriam accuse son ex-mari d’être violent (et reconnaissons que l’acteur a le physique de l’emploi). Hélas, la justice est aveugle (dans tous les sens du terme) et accepte la garde partagée : un week-end sur deux chez le père et la moitié des vacances scolaires. Seul Julien est concerné puisque sa sœur est majeure. Miriam, qui avait mis une certaine distance entre son ex-époux et elle, est totalement dévastée et nous avec.

Car la suite de l’histoire ne va pas aller en s’améliorant.

Garde 9
Euphorie et allégresse chez la juge

Notamment parce que Julien, dont on n’arrive pas vraiment à comprendre s’il veut bien faire ou s’il se rend compte qu’il fout le bordel sciemment, va envenimer une situation déjà pourrie jusqu’à la moelle. Il veut aller à l’anniversaire de sa sœur un week-end où il est censé être chez son père. Le père accepte, mais il veut que son ex-femme le lui demande. Comme Miriam est effrayée par cet ogre, Julien n’ose pas le lui demander et raconte finalement à sa mère que son père refuse de lui concéder ce week-end.

Et alors que tout se passait merveilleusement bien, tout va empirer : Antoine va dévoiler sa vraie nature (que son physique ne cachait pas vraiment) et tout ça va se terminer par un final qui n’est pas sans rappeler Shining de Stanley Kubrick (sauf qu’il déboule chez son ex-femme avec un fusil plutôt qu’une hache, mais ça ne change pas grand-chose dans le fond) (fun fact : vous saviez qu’on dit [fuzile] ? J’ai toujours dit [fuziye] ? Eh bien j’avais tort ! Je trouve ça totalement incroyable d’apprendre encore des choses à mon âge, et encore plus de m’en souvenir, mais je digresse).

Garde 6
Enthousiasme, gaieté et extase en famille

Grâce à une vieille dame acariâtre qui réside en face de chez Miriam, la police interviendra quelques secondes avant que le sombre fait divers promis n’arrive et que l’histoire ne devienne une reconstitution d’un Faites entrer l’accusé. Fin avec un générique sans musique. Et si cette absence de musique surprend, on s’aperçoit alors qu’on n’en a entendu pratiquement aucune pendant tout le film.

Une aridité générale et oppressante appuyée par une mise en scène au départ sèche (qui laisse planer toutefois une angoisse sur une possible réalisation façon documentaire de seconde partie de soirée sur France 3). Tout suinte le malaise ici.

J’ai été mal pendant une heure trente à me demander pourquoi j’étais venu et à regarder les amis qui m’accompagnaient et qui n’avaient pas l’air bien plus joyeux que moi. En sortant, je n’osais pas affronter leurs regards, craignant qu’un psychopathe taré se cache dans le groupe (et, statistiquement, c’était forcément le cas).

Garde 8
Marrade générale

Et puis, là, UNE CONSOLATION. Une seule qui est arrivée comme un cadeau du ciel, comme pour dire : “Vous en avez chiés pendant tout ce film, voici un présent qui va vous consoler”. Louis Garrel a débarqué dans le même cinéma dont nous sortions (je vous raconte ça alors que je n’ai jamais été fan de Louis Garrel, je trouve qu’il ressemble à une grosse otarie affublée d’un pantalon en velours). Ça ne nous a pas enlevé le mauvais goût dans la bouche, mais on a pu éviter de parler du film qu’on venait de voir.

Louis Garrel est entré dans une salle. Il n’allait pas voir Jusqu’à la garde, mais Phantom Thread. La petite nature !