Skip to content

Mes parfaits voisins

Ah, ce merveilleux monde de la presse et du journalisme. Vous aviez remarqué qu’il ne manque qu’un « a » entre « presse » et « paresse » ? De là à dire que tous les journalistes sont des fainéants, il n’y a qu’un pas que je vais m’empresser de ne pas franchir. Ainsi (oui, je sais, il n’y a aucune justification à l’emploi d' »ainsi », mais je ne trouve aucune transition satisfaisante et puis tu m’emmerdes, c’est mon blog, à la fin). Ainsi, donc, je suis abonné à Libération depuis presque un an, je crois. Et depuis trois semaines, mon journal disparaît régulièrement de ma boîte aux lettres. Au début, j’accusais sans trop savoir ces salauds de grévistes qui veulent le beurre, l’argent du beurre, le cul de la fermière et son fouet avec. C’était déjà arrivé six mois auparavant, mais ma boîte aux lettres ne fermait pas et j’avais pensé que certains habitants de mon appartement me le fauchaient. Mais depuis un joli cadenas fermait son ouverture et donc rien n’y personne ne pouvait choper mon courrier.

Sauf que. Sauf que le gentil livreur de Libération qui passe vers les six heures trente va très vite et le journal a une tendance à dépasser. Un petit malin pouvait très bien récupérer le journal s’il passait avant moi avec deux doigts assez fins.

Au bout du troisième « oubli de livraison » ou « vol aux deux doigts », je me suis dit : « Nom de nom, ça suffit bien maintenant ». Et j’ai préparé mon plan. Première étape : envoyer un mail au service abonnements du journal et demander poliment à ce que le livreur pousse un tout petit peu le Libé dans la boîte. Seconde étape : recherche d’empreinte. J’ai fait venir NCIS et CSI, mais ils n’ont pas été foutus de retrouver d’autres empreintes que les miennes. « Toutefois », note le rapport, « on décèle des traces d’ADN animal en cours d’identification ». Mais moi, j’ai autre chose à foutre que d’attendre qu’un laboratoire fasse des tests. J’ai donc décidé d’agir et de vérifier a. mes allégations et b. y a pas de b.

J’ai installé une mini caméra en face de ma boîte aux lettres et j’ai découvert ce qui se passait : tous les matins, vers 7h30, un voisin d’un bâtiment concurrent, le A, (il y a trois bâtiments dans l’immeuble où j’habite et une guerre latente entre chaque) arrive dans la cage d’escalier avec sur les épaules un chimpanzé dressé. L’homme se penche à droite et à gauche des casiers pour vérifier que personne ne le surveille et alors son chimpanzé prend le relais.

« Ouistiti », on l’entend dire, « prend le Libération dans la boîte aux lettres du beatnik et tu auras une banane ». Et Ouistiti se dirige vers mon casier, en extirpe le Libération et le donne à son propriétaire qui s’en saisit et se casse avec.

L’enfoiré, je me suis dit. Et j’ai élaboré ma revanche. J’ai attendu six heures trente, j’ai vu le livreur, j’ai pris le journal et j’ai glissé à l’intérieur une tapette à souris. Ensuite, j’ai remis très délicatement le Libé dans la boîte aux lettres, le laissant ostensiblement dépassé. Je me suis caché dans le local à poubelle pour prendre mon voleur sur le fait. Quand 7h30 est arrivée, j’étais excité comme une puce. Je scrutais par la porte-fenêtre et d’un coup, j’ai vu le chimpanzé arriver. L’homme était derrière, un chapeau et un long imperméable. L’homme a demandé à Ouistiti de lui prendre le journal, le singe s’est approché de la boîte aux lettres, il a reniflé le journal, il avait l’air méfiant, il a touché le journal, une alarme a retenti, j’ai sauté hors de ma cachette en pointant un doigt accusateur vers le voisin-voleur quand mes pieds ont d’un seul coup décollé du sol, je me suis envolé à trois mètres de hauteur, attrapé dans un filet. J’ai alors vu tous les habitants du bâtiment A sortir. Ils ont fait basculer le filet et m’ont attaché les mains avec une grosse corde d’alpiniste.

Puis l’un d’eux, le leader ?, a saisi un mégaphone : « Hey ! Vous autres du bâtiment C, on a chopé l’un de vos résidents ! Si vous voulez le revoir, il faudra cracher ! »

– C’est qui que vous avez chopé ?, a répondu une voix de l’autre côté de la cour.
– Le mec du rez-de-chaussée.
– Celui de droite ou de gauche ?
– De gauche.

La voix s’est tue et on a entendu les bouteilles de champagne se déboucher. Le leader s’est penché vers moi : « eh bien dis donc, toi, tu sais te faire apprécier ». Et j’ai senti mon sang couler.

Published inTout moiVu

6 Comments

  1. Ça, ça sent les élucubrations alcoolisées de deux-trois copains autour du thème « Nan, attends, moi ch’sais c’ki s’passe avec ton libé qui disparaît là ».
    Très drôle en tout cas.

    • Ah bah non, j’étais même pas bourré.

  2. ça a l’air sympa chez toi…

    • C’est carrément la classe. Ça s’appelle « le quatorzième ».

  3. Calypso Calypso

    Un chimpanzé qui s’appelle Ouistiti… c’est un peu capillo-tracté ça ! Moi je dis que cette histoire, ça sent le Fake !!

    • Il s’appelait pas Ouistiti : c’est une ruse pour qu’il ne se retrouve pas au cas où il google son véritable nom (je suis précautionneux comme mec).

Dites-moi tout...