Skip to content

L’Amant double : un film au ventre mou

François Ozon appartient à la longue liste des réalisateurs dont j’entends tellement parler que j’ai l’impression de connaître tous ses films. En réalité, je n’en ai plus vu depuis Potiche (c’était en 2010, mon Dieu, je vais bientôt mourir).

Avec L’Amant double, Ozon raconte comment Chloé, 25 ans, souffrant d’une douleur abdominale depuis sa naissance ou presque, espère se soigner en suivant une psychanalyse avec Paul, un psychanalyste. Mais le transfert freudien les conduit à tomber amoureux l’un de l’autre. Tout se passe sans trouble jusqu’au moment où Chloé découvre que Paul a un frère jumeau, lui aussi psychanalyste, et que les deux cachent un sombre secret…

– Ça va, Paul ?
– Non, j’ai des sushis avec mon frère !

L’histoire s’inspire d’un livre, Lives of the Twins (jamais entendu parler) et le film d’Ozon, lui, est un genre de gloubiboulga de références cinématographiques. On pense tout de suite à Faux-semblants de David Cronenberg (notons d’ailleurs que la scène d’ouverture bien alléchante met en scène un spéculum dans une séquence chez le gynécologiste qui rappelle furieusement la profession des deux jumeaux du film de Cronenberg), mais aussi aux longs-métrages de Brian De Palma (là, j’ai moins de titres en tête, mais on a du split-screen donc on a du De Palma) en passant par une séquence inspirée d’Alien (maux de ventre = Alien, c’est tellement prévisible). Et puis, pas modeste pour deux sous, il va même jusqu’à convoquer Orson Welles et La Dame de Shanghaï dans la scène finale (originalité quand tu nous tiens !).

Bref, impossible de savoir où le réalisateur veut en venir. D’ailleurs, je pense qu’il ne voulait en venir nulle part. Ça pue le film torché par un mec un peu trop sûr de lui et dont personne n’ose remettre en cause les choix douteux (comme la scène d’ouverture).

Bon, je n’irai pas jusqu’à vous affirmer qu’on s’ennuie, ce ne serait pas vrai, mais il y a un petit air de : « Tout ça pour ça ? » lorsque le film s’achève qui n’est clairement pas le signe d’un chef-d’œuvre.

Enfin, dans le genre « les trucs qui me gonflent au cinéma » : Chloé est censée avoir vu tous les médecins de la planète pour soigner ses maux de ventre avant de franchir la porte d’un psy, mais (attention, je divulgâche dans 3… 2… 1…), une simple échographie dix minutes avant le générique révélera le pot aux roses (j’allais écrire « le pot-au-feu », je crois que j’ai la dalle).

Pourquoi les médecins n’ont-ils pas réclamé une échographie à une patiente qui s’est plainte pendant 25 ans de douleurs à l’estomac ? La seule raison crédible, c’est que Chloé n’avait pas les moyens de se payer l’examen et que L’Amant double est, en réalité, une grande fable allégorique sur la généralisation du tiers payant.

Published inRegarder des images

One Comment

  1. Monsieur Prudhomme Monsieur Prudhomme

    Tiens c’est curieux, je me disais pas plus tard qu’hier que le dernier bon film d’Ozon devait être « Potiche ». Les suivants m’ont paru tantôt improbables, tantôt grotesques voire les deux.
    J’irai donc voir « L’amant d’un jour » plutôt que « L’Amant double » (car j’ai l’âme simple, moi).

Dites-moi tout...