Skip to content

Et là, c’est le Mont-Blanc

Bon alors, les gars, on va s’arrêter cinq minutes et profiter du paysage. Je les vois, les kakous, j’en ai dans chacun de mes cours, qui descendent les pistes comme sur un circuit de Formule 1. Ça dévale à toute berzingue et ça voit rien de la montagne. Alors, comme vous m’avez engagé pour une journée rando, on va faire une pause et je vais vous parler des Alpes. Parce que, déconnez pas, les parigots, mais les Alpes, c’est fantastique. Vous êtes pas de Paris ? Vous êtes du Pays de Savoie ? Non. Alors, vous êtes de Paris. Fin de la discussion.

Regardez en face. Là, devant vous, la corniche avec deux rochers, c’est l’Escarpin Alsacien. On voit bien la forme de l’escarpin qui se dessine à travers les nuages. Juste à côté, c’est l’Aiguille du Pin. Et à droite de l’Aiguille du Pin, c’est le village de Saint-François d’Assanges. Là où qu’il y a les chalets en bois. Vous voyez ? Regardez maintenant le chalet le plus à gauche, derrière ce qu’on appelle la Montée de l’Ure en rut, c’est le chalet de la Tarente. Et bien, entre ce chalet et l’Aiguille du Pin, pile devant, c’est la Dent du Requin Marlowe. Et bon, bah, juste derrière, c’est le Mont-Blanc.

Maintenant, retournez-vous et regardez la montagne opposée. C’est ce qu’on appelle le Massif du Singe Malicieux. C’est superbe, non ? Le point le plus haut, c’est la Pointe de la Baleine Geignarde, avec tout de suite à gauche, le Pic du Renard des Forêts. Ne ratez pas l’Aiguillette de la Miction Vaginale et enfin, la Corniche de Maurice Jacquet. Maurice Jacquet, c’était un pote. Un pisteur. Un vrai. Un mec qui en avait. Des couilles grosses comme des pastèques eurasiennes. Je vais vous dire, ce type serait toujours en vie si un petit connard de la ville ne s’était pas paumé sur le Chemin de la Mouette Aride. Une vacheté. Je vous jure. Et entre les deux, par beau temps, bah, on peut voir le Mont-Blanc.

Pivotez d’un quart de tour, maintenant. Cette grande chaîne montagneuse, c’est la Gorge du Pic-vert tacheté. Ça, c’est magnifique. On peut voir toutes les Alpes depuis là : le Goulet de l’Élan galant, la Ravine du Cerf à deux bois, la Flèche du Mont d’or Monégasque, l’Éperon de la Vache sacrée, la Spicule des Agnostiques tondus, la Vallée de la Goélette verte. Et à côté, entre la Pente des Amants déchus et la Cordillère du Golet, tout droit, bah, c’est le Mont-Blanc.

Et enfin, au Sud, on a tout le Massif de la Mouche hirsute. C’est la plus belle chaîne de la région. Si on a le temps, on ira faire du hors-piste là-bas. Juste à côté du Refuge du Gnou vomissant. On traversera la Forêt des Charpentes dorées pour remonter sur le village de La Sainte-Madeleine, ensuite direction le Glacier des Joues de porc farcies, le Sentier du Python des neiges, et on terminera sur le Versant de la Belette marâtre, à côté du Plateau du Polatouche sautillant. De là-haut, il suffit de regarder face au Pic de la Corne rousse et, paf, le Mont-Blanc.

Publié dansHa ha

Preum's à commenter

Dites-moi tout...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.